Originaux 

2FLUI
2FLUI aka Simon Cyril,artiste calligraphe contemporain
Cyril Simon, né en 1978, surnommé 2flui, est un amoureux des lettres de l’alphabet, surtout lorsqu’elles sont graffées sur des murs insolites. Après avoir perfectionné ses « griffonnages » durant les heures de cours, Cyril SIMON, alias Fluide ou 2flui, parcours quotidiennement Paris pour respirer et s’inspirer de tous les graffitis.
C’est dans les années 1990 qu’il a démarré sa carrière artistique, en commençant par « torturer » les lettres dans des endroits et sur des supports très urbains...
Le châtiment artistique qu’il inflige aux lettres l’amène petit à petit à en prendre grand soin, jusqu’à les redessiner au travers de la calligraphie. L’écriture est son jouet. Inspiré principalement par la calligraphie arabe, il est à la recherche du Tag parfait.En utilisant différents outils métalliques, du carton, des marqueurs, il crée une forme idéale à chacune de ses calligraphies.
Très souvent enrichies de textes sur le thème de la paix, il les couche sur du papier épais avec une forte rugosité, qui contraste avec la douceur de ses messages.
On retrouve là, toute sa dualité.
Artiste Ouvrier
Artiste-Ouvrier, est un peintre et artiste urbain français. Depuis 2000 il réalise ses œuvres au pochoir et à la bombe aérosol, le plus souvent sur les murs mais également sur d'autres supports tels que des vinyles ou des panneaux de bois.
Il commence à pratiquer la peinture au pochoir en 1993 mais c'est en 2000 qu'il décide de s'y consacrer et de prendre le nom d'« Artiste-Ouvrier ». Il organise 3 ans plus tard, avec Spliff Gâchette, la manifestation de l'« Internationale Pochoiriste » à Nogent-sur-Marne, qui consiste en la réalisation collaborative d'une fresque murale de 69 mètres de long et à laquelle participeront entre autres Yseult et Epsylon Point.
Il prendra ensuite part à d'autres initiatives légales de peinture urbaine, telles que le Stencil Project en 2004 qui réunit alors quelques-unes des plus grandes figures de l'art de rue parisien, telles Blek le rat et Jef Aérosol. L'année suivante, il participe à l'exposition « Section Urbaine » au marché des Blancs-Manteaux, dans le quatrième arrondissent de Paris, en compagnie d'Ernest Pignon-Ernest, Speedy Graphito, Nemo, Jérôme Mesnager, Paella, Mosko et associés…
Il est alors contacté par Is Bach, futur Js de JanaundJs, et 6lex, qui souhaitent apprendre de sa technique poussée du pochoir. Leur regroupement marque la création de la WCA, la Working Class Artist. À cette époque, Artiste-Ouvrier part à Hambourg et c'est là l'occasion pour la WCA d’accueillir de nouveaux artistes, dont Jana, future membre de JanaundJs, et de se renommer WCA-ASA, pour « Altona Stencil Art ».
En 2008, il est l'invité de la manifestation annuelle des Lézarts de la Bièvre et réalise à cette occasion des peintures dans les 5ème et 13ème arrondissements de Paris. La même année, il est invité à Londres par Banksy dans le cadre du Cans festival, au même titre que des artistes internationalement reconnus tels que le portugais Vhils.
Les pochoirs d'Artiste-Ouvrier contiennent un haut niveau de détails et sont fréquemment en couleurs. Contrairement à beaucoup d'autres artistes pratiquant la couleur, il n'utilise que deux pochoirs pour une même œuvre mais peut néanmoins employer jusqu'à 48 couleurs.
Il est très influencé par la peinture du XIXe siècle, notamment par le préraphaélisme.
Il ne peint qu'aux endroits légaux ou avec l'accord des propriétaires des lieux.
Cumbone
Derrière Cumbone, avatar crée en 2009 se cache Bertrand Montreuil, artiste autodidacte à l'imagination fantasque. Formé aux arts du cirque et libre penseur il s'introduit naturellement dans le milieu de l'art au travers de la figuration libre. A ses débuts, son trait rappelle Haring par sa simplicité, sa fluidité et l'usage des symboles à rèpètitions mais très vite le mouvement néo-pop naissant lui permet d exprimer son sens de l’ humour et du détournement en créant des mash-ups complexes aux références anachroniques, dans lesquelles se mêlaient également des personnages venus de son imaginaire. A cette période, son travail combine aussi bien le dessin manuel que le dessin vectoriel procédé lui permettant d explorer des combinaisons et des techniques souvent jusqu'alors peu associées. En septembre 2015 il participe à la création de la galerie Outsiders à Rouen et approfondira pendant les trois années suivantes son travail typographique autour notamment des « Mantraffitis » en revenant à ses fondamentaux mais sans délaisser ses recherches digitales. Début 2018 son nouvel atelier lui offre l'opportunité de prendre un virage à 180° et d'entamer son second cycle en confirmant son appartenance à la figuration libre. Son style se singularise par un travail sauvage et débridé bourrés de références historiques allant de l'art pariétal à la renaissance... Se présentent alors de grandes oeuvres sur de grand supports recyclés, mélangeant aérosols, encres, pastels et acryliques avec l insolence et l'esprit qui le caractérise.
Dezache
Dezache vit et travaille en Normandie. Autodidacte complet, Dezache tente l’entrée à l’Ecole des Beaux-Arts à 17 ans. Son approche de la peinture dérange, il est refusé, ce qui aiguise d’autant sa volonté et nourrie sa passion.
Baigné dans la culture Marvel et inspiré plus particulièrement par les artistes du XXème siècle – Dali, Miro et Gaudi en tête – il affirme petit à petit son propre style, tout en s’inscrivant dans un courant initié par Blek Le Rat, Jef Aérosol, par Erro pour l’univers de la bande dessinée et Speedy Graphito.
Véritable touche à tout, son travail mêle graffiti, collage et pochoir, essentiellement sur grand format. Son crédo : couplage anachronique, rencontre imprévisible, association inattendue voire dérangeante. Son style est parfois décalé, parfois déroutant tant il aime mettre en scène de façon presque espiègle l’hégémonie américaine et ses conséquences.
Plus récemment, Dezache s’est attaché à multiplier ses supports en s’attaquant à des bidons d’essence ou des panneaux de signalisation. Il ne s’impose aucune limite.
Fernand Kayser
Docteur Mulhousien, membre du Collectif Schlager et consultant au Milési, entre Eugène Delouche et Bazooka un bordel infini se loge dans sa tête, il tente alors de le transposer sur différents supports.
Pour définir son travail la meilleure comparaison est celle de l'écriture automatique où les mots seront remplacés par des objets, des chimères ou autres références.
Homek
Le graffeur Homek, est né en 1986 et vit actuellement à Lisieux. Il fait d’abord une formation de sculpteur ébéniste, puis un projet mêlant sculpture et graffiti suscite son intérêt pour l'aérosol, dès 2001.
Ses fresques et ses toiles, aux couleurs vives et dynamiques, sont souvent inspirées du cartoon et de la Bande Dessinée dont il est fan. On reconnaît facilement les icônes pop telles que Gaston Lagaffe, Popeye, Picsou, Tintin… Il pratique le graffiti sur toile, en atelier, ce qui lui permet d’expérimenter diverses techniques et ouvrir son champ d’exploration artistique.
Il pose également sa signature dans des lieux abandonnés et usines désaffectées français ainsi qu’à l’étranger. Il a notamment participé à plusieurs projets humanitaires pour promouvoir la culture auprès des jeunes, souvent en situation défavorisée, au Maroc dans le Lycée Jaber Ben Hayan, dans l’association « Al Karam » et au Sénégal au Lycée Mariama Ba.
J.BESSET
Facebook de JBESSET chez Outsiders Galerie
Né à Cannes en 1984, Jérémy Besset se prend de passion pour le dessin et la peinture dès son enfance. A l’âge de 11 ans, il commence le skate et découvre l’univers du graffiti en réalisant sa première peinture à la bombe.
En 2001, il adopte le nom de Enur (un choix de combinaison de lettres) et intègre différents crews de graffeurs du bassin cannois. Les années suivantes, il participe à différents festivalsurbains et réalise de nombreux stores et devantures de magasins à la bombe, à Cannes et ses alentours.
En 2004, il s’essaye avec succès au graffiti sur toile : toutes ses toiles sont rapidement vendues mais les aléas de la vie l’obligent à faire une pause artistique. En 2007, il intègre une entreprise de décoration qui lui permet de découvrir le travail au pinceau et les pigments naturels. Fort de cet apprentissage, il fonde en 2011 sa propre entreprise : L'atelier de Jérémy. Désireux de combiner sa passion première pour les lettres et le travail au pinceau, il réalisera des meubles patinés et de nombreuses enseignes peintes à la main dans son village de Mouans-Sartoux.
En 2014, L’atelier de Jérémy obtient le label "30 Merveilles du pays de Grasse". Satisfait de cette reconnaissance, il ferme la page de l’artisanat et décide dès janvier 2015 de mettre toute son énergie au profit de sa carrière artistique sous son vrai nom de J.Besset. Son art combine désormais vingt ans d’expérience alliant graffiti, décoration et calligraphie. Il quitte l’usage de la bombe aérosol et travaille désormais au pinceau, préférant la peinture acrylique à base de pigments naturels, plus en accord avec ses valeurs empreintes d’humanisme et d’écologie.
Jérôme Mesnager
En janvier 1983, Jérôme Mesnager invente l’Homme en blanc, « un symbole de lumière, de force et de paix ».
Cette silhouette blanche appelée Corps blanc ou l'homme blanc, il l'a reproduite à travers le monde entier, des murs de Paris à la muraille de Chine. Un véritable tour du monde : des géants de Ménilmontant à la Place Rouge de Moscou, les personnages articulés sont partout !
Aujourd’hui, le Corps Blanc a plus de trente ans, et plusieurs ouvrages le célèbrent déjà.
Julien Raynaud
Julien Raynaud, artiste peintre chez Outsiders Galerie
Julien Raynaud c’est d’abord des histoires d’amour et puis des histoires tout court. Car ce jeune artiste peintre marseillais de 28 ans a beaucoup de choses à raconter. Rencontres improbables, aventures rocambolesques, voyages à l’autre bout du monde, imprègnent ses toiles et ses murs colorés et géométrique.
L'artiste se dévoile alors au travers d'oeuvres inspirées par son vécu, remplies de sincérité, d'amour et d'espoir. Ses oeuvres sont une quête d'une réalité meilleure, une volonté de rendre la vie plus belle, moins cruelle et de garder son regard d'enfant sur le monde. Sa créativité débordante l’emmène vers de nombreux projets, expositions et collections privées en France ainsi qu'a l'etranger . (Nyc, Los Angeles, Hong Kong, Monaco ...).
Léonard Combier
Né en 1989, Léonard Combier est un artiste français. Il vit et travaille à Paris.
Léonard Combier pratique le dessin dès son plus jeune âge. Même s'il n'étudie pas les arts plastiques durant ses études, il y consacre la majorité de son temps.
Léonard Combier réalise ses oeuvres sur toile à la peinture acrylique, au Posca et à l'encre lorsqu'il travaille sur papier. L'artiste crée des labyrinthes qui demandent aux spectateurs de s'arrêter, observer afin d'aller au-delà d'un premier plan complexe. En effet il s'agit d'une juxtaposition de multiples détails cachés. Il crée de petites figures ou introduit de minuscules phrases. Tous ces éléments font apparaître une plus grande image. L'artiste aborde les thèmes des valeurs morales et souvent de la sexualité sans jamais choquer le spectateur mais au contraire sur le ton de l'humour et de la bonne humeur.
Mr ONETEAS
Mr Oneteas est un artiste français né en 1984. Par une pratique autodidacte, il débute le graffiti en 2005 et aiguise son style au gré de ses voyages, rencontres et échanges en apposant son graff au détour d’une rue de grandes villes internationales.
Son travail s’oriente sur la question de l’obsolescence qu’il développe dans son atelier en offrant une seconde vie aux matériaux ou objets de consommation du passé reflétant les travers de la société. En puisant son inspiration dans l’environnement médiatique, politique et culturel, il détourne les images et le réel, en articulant une critique de la société, où l’humour se greffe sur l’insolite.
Mr OneTeas fonde le « Wack Donald’s Project » luttant contre les dérives de la mal bouffe et des fast-foods. Ainsi, depuis 2014, cet « artiste» milite muni de son art dans les rues de Prague, New York, Paris, Bruxelles, Porto…
Niack
Niack, 30 ans, artiste Mulhousien, membre du collectif " Schlager ", adepte d'un wildstyle complexe et dynamique.
Un style affuté depuis plus de 15 ans, influencé par les scènes graffiti Bâloise et New Yorkaise, entre calligraphies aux pinceaux, toiles et murs grands formats.
Piotre
Graffeur, après des études d'art et de design à Paris, Piotre a nourri son travail de plasticien dans l'univers des cultures urbaines et de la figuration libre, proche de Keith Harring et Dirosa.
Au cours des dernières années, il a réalisé un grand nombre de fresques commandées notamment par des enseignes nationales et collectivités locales. En parallèle de ces propositions, il développe des travaux plus personnels brassant des techniques aussi diverses que l'encre, l'acrylique, l'huile ou l'aérosol.
Ses productions graphiques, se structurent au fil d'une écriture spontanée, entremêlant les motifs figuratifs jusqu'à l'abstraction, invitant le spectateur à puiser la grille de lecture dans son imaginaire personnel. Présent en salle des ventes, en Galerie et sur divers projets et expositions, le travail de Piotre tend à s'émanciper.
Said Sabir

Saïd Sabir est un artiste urbain né en 1989 à Tanger. En 2006, alors étudiant en art, il développe ses compétences et s'investit complètement dans le domaine artistique,

Après avoir étudié le graphisme, il commence à dessiner des personnages par le biais de la bande dessiné. En 2011 il entame la réalisation de sa première BD « killer network » ainsi que d’autres histoires : piece of moon , wolves...

En 2012 , il s’implique dans le street art, et commence à travailler sur des murs au Maroc, sur des toiles et également sur des produits comme des t-shirt en utilisant la technique de sérigraphie. Actuellement , Said Sabir réalise des projets en utilisant de nouvelles techniques et styles, au Maroc et en France.

Shong
SHONG est un artiste Havrais né en 1990 et dans le milieu du graffiti depuis 10 ans. Il commence par le tag puis le graffiti pour aujourd’hui retranscrire son énergie et sa passion sur toile.
Les choses ont commencés sérieusement avec la rencontre de Rims en 2007.  Ils ont été très actifs sur le Havre entre 2008 et 2011 puis ça a été le début des ennuis, c’est ce qui l'a en parti motivé à passer sur toile.
L’autre grande raison est le caractère éphémère du graffiti, en effet à part quelques photos sur des anciens téléphones mobiles sans batteries il n'en reste presque rien... On peut considérer que ses premières toiles ont été réalisées aux alentours de 2012-2013. 
Son travail est essentiellement centré sur le graffiti, il cherche à apporter au travers de chacune de ses œuvres une atmosphère graphique et urbaine.
Coté exposition on peut retrouver son travail à la galerie Andrée DOUVILLE au Havre et désormais à la galerie Outsiders de Rouen et bientôt d'Enghien les bains...!
Shalik

Trentenaire Autodidacte , Shalik est à l’aise , qu’il se serve d’un crayon , de pinceaux , d’aérosols ou encore de sa fidèle

Palette graphique . c’est aussi le cas dans les styles qu’il explore : Graffitis , illustrations , peintures sur toile et j’en passe !

il à rouler sa bosse dans l’animation il y a quelques années en tant que Graphic designer et Story boarder.

influencé par les Cartoons , la bande dessinée franco-belge et les comics , il posséde un style précis et reconnaissable

par le soin apporté aux détails et un humour (noir la plupart du temps ) omni-présent !

Son univers figuratif est composé d’une multitude de personnages tout droit sortis des recoins les plus sombres de

de son cerveau malade , on les retrouve dans ses compositions aux travers des fresques , tableaux ou encore

des Stickers dont il inonde notre chere ville de Rouen , venant égayer la grisaille au détour un panneau de signalisation

le Voila maintenant qui développe son art sur toile , a l’aide de techniques multiples et nous sommes très fier

de pouvoir vous faire profiter de son travail.

Tim Marsh

Tim Marsh est né à Paris en 1984. Il s'est passionné pour les sports extrêmes à l'âge de 5 ans et a rejoint la communauté de rollers en 1996, à l'âge de 12 ans. Il s'agissait d'avoir une influence sur ses travaux ultérieurs ... Il a alors pratiqué la capoeira pendant 15 ans, et tire également une grande partie de son inspiration de cette période, en explorant les motifs tribaux dans les œuvres de graffitis qu'il a produites pendant cette période. En 2006, il s'installe dans l'industrie de la mode en tant que créateur de tendances pour les marques de vêtements, tout en dirigeant les pages de mode pour Snatch Magazine jusqu'en 2011. C'est à cette époque qu'il a commencé à affirmer un style plus personnel, exprimé initialement par ses premières peintures qui ont évoquées un rendu conceptuel de souvenirs d'enfance, principalement représentés par des représentations cinétiques et ludiques d'animaux emblématiques. Il a donc développé un style architectural très personnel, en composant ses œuvres sur la base de formes, de motifs et de lignes géométriques complexes et dynamiques qui intègrent le mouvement dans les profondeurs de ses œuvres bidimensionnelles. Ses créations provoquent une ambiance théâtrale dans une palette de couleurs rétro-style qu'il applique avec spray, peinture et Poscas. Ses compositions sont caractérisées par le mélange et la variété des techniques, en développant le travail en utilisant des matériaux spécifiques et des métaux tels que le ruban adhésif, les pochoirs et les pinceaux dans ses travaux les plus récents. Tim Marsh essaie continuellement de nouveaux supports, expérimente constamment son processus créatif et fait écho à son expérience passée dans les sports extrêmes en peignant sur des planches de surf et de skate ou des objets de conception fonctionnelle. Inspiré par les espaces urbains, il a continué à exprimer son iconographie en grand format sur les murs et autres supports urbains. En 2009, il a participé avec passion au Light Painting et a travaillé dans ces médias avec des marques telles que L'Oréal, Smart Cars et Kenzo, et a organisé des spectacles en France et à Malte. Il vit actuellement et travaille entre Paris et Barcelone, expérimente et développe constamment ses techniques. 

Prisme

Née en 1989 à Rouen (Normandie). Prisme décroche son master en design graphique en 2012 au Havre, et se lance (dans la foulée) à son compte en tant que graphiste sur la région lilloise.

Ses études dans le graphisme et la typographie l’ont poussées à envisager autrement son travail pictural.

Travaillant l’abstraction graphique depuis des années et étant extrêmement influencé par le constructivisme, le surréalisme et la pop culture. Son travail a prit un tournant lorsqu’il commença a créer des compositions alliant formes graphiques et samples d’images. L’accumulation et la superposition de compositions graphiques sur base de comics et typographies sont la clé de son travail d’atelier.

Après bientôt une quinzaine d’années dans le milieu du graffiti, la rue était pour lui la plus belle galerie.

Cependant afin de continuer à évoluer dans son travail, il lui paraît important de l’envisager à travers d’autres supports.

Padame One

Originaire de Rouen, c’est depuis 2013 et en débutant par la photographie que Padame One se construit petit a petit au travers de ses experimentations, d’abord cantonner sur ses logiciels, il détourne, déforme, modifie ses propres photos et autre images glanées sur la toile, le style est polyvalent et reflète les différents courant graphiques en vogue retranscrit ici par le biais de son oeil aiguisé.

Doucement ses créations commencent a prendre vie sur des supports variés, impressions et toiles se retrouvent assaillis en de multiples couches par son style mixte ou se mélange pochoirs, peinture au couteau, collage etc etc. Par la suite manquant d’espace a la hauteur de ses ambitions c’est a la rue qu’il s’attaque en 2015 devenant en quelques mois le street artist le plus actif de la ville de Rouen. Ses projets ne cessent de prendre de l’ampleur et se dirige désormais sur des formats XXL.

Chloé Kelly Miller

Chloé Kelly Miller est une artiste Rouennaise de 23 ans. Passionnée par l'être humain et son fonctionnement psychique, elle explore sa complexité au travers de différents médiums et supports. Son travail prend ainsi la forme de peinture, encre, aérosol ou photographie, sur de la toile, de la porcelaine ou encore des murs. En parallèle, elle effectue des études en psychologie qui influent fortement son travail. En 2015 elle arrive à Paris, ce qui donne un nouveau souffle à ses créations; sa peinture a toujours occupé une place centrale dans sa démarche artistique. Elle a commencé par de nombreuses toiles abstraites, où les couleurs s’entrechoquaient sur un fond, puis elle a approfondi ses techniques par le biais d’auto-portraits. La peinture ainsi que la photographie, second pilier de sa démarche, ont permis de matérialiser son principal intérêt : l’humain dans sa complexité.

Binokl

Rémi Larson, artiste Normand né au Havre en 1982, choisit comme pseudo BINOKL s'apercevant très vite que la plupart des personnages qu'il représente portent des lunettes.

Il puise son inspiration dans la culture urbaine (basket, skate, hip hop...), ses artistes qui l’influencent (Basquiat, Mode2, Doze Green, Mist ...) et au travers de la musique. 

Il trace tout d’abord son univers au Posca noir, remplissant les espaces vides de petites ou grandes formes repetées. Son style précis et hypnotique évolue aujourd’hui de manière plus spontanée au travers de nouveaux outils et supports : papier, toile, feuilles de bois, verre, ...

Après quelques années, Binokl découvre le travail d’atelier qui lui permet maintenant de s’exprimer sans contraintes.

En quête d'harmonie, entre complexité et minimalisme, il se dirige intuitivement vers d’ autres binokleries plus abstraites.