Zoom sur Chloé Kelly Miller

Zoom sur Chloé Kelly Miller

Entre graffiti et peinture murale, Chloé Kelly Miller propose « une galerie de caractères » alliant portrait et écriture à l’illustration de situations psychiques personnelles. Figures mélancoliques, tenant du masque et du pierrot lunaire, partition de sentiments personnifiés par un être tenant du monstre et du génie, cette série explore et répond aux brèches ouvertes par l’inquiétude et l’angoisse lorsque ceux-ci nous aliènent.

La difformité du visage exacerbée par des raies de couleurs témoigne d’un processus de création fondé sur un pourparler permanent entre forme et informe, intelligibilité et émotion. Empruntant au surréalisme un principe d’inquiétante étrangeté, c’est pourtant avec le style néo expressionniste de Basquiat et la ligne massive d’un Picasso que l’artiste poursuit cette recherche au seuil de l’automatisme et du figuratif. L’angoisse, principe originel de la série, témoigne d’un paradoxe que l’artiste parvient à dépasser. Elle appelle à personnifier ce qui par essence se définit comme irrationnel, dès lors comment donner chair à ce mouvement insensé de la raison. Composé en une rhapsodie de formes et de couleurs, Chloé Kelly Miller s’évertue à retranscrire le feu de l’émotion. L’esprit y apparaît dans sa plus grande simplicité, évanescent et nomade. Au fur et à mesure des portraits se profile une véritable galerie de sentiments où peinture et graffiti renouvellent le genre classique de l’autoportrait. Intéressée par la coexistence des mondes réel, imaginaire et symbolique, défini par Lacan sous le terme de nœud borroméen, ce personnage figurerait à leur intersection comme une figure indéterminée, métaphore sublimée d’une douleur intérieure.

"Dépersonnalisation, le doute d'exister ? "

Texte de Clément Gaesler

Retrouvez ses oeuvres disponibles à la vente sur sa page :  https://outsidersgalerie.com/15_chloe-kelly-miller


Post comments